19 Rue Principale - 25330 Coulans-sur-Lison |  Contactez-nous |  Rejoignez-nous sur Facebook !


Depuis l'origine céleste de la Kaaba (par sa pierre sacrée-météorite) à la Mecque,
jusqu'à la conquête de l'Espagne, c'est écoulé à peine 80 ans pour que les fidèles du dernier des prophètes révèlent le nouveau Livre Saint dans le sud de la France.
Depuis Narbonne, (alliés d'armée chrétienne marseillaise car le monde chrétien se déchire entre mérovingiens et carolingiens), les musulmans composés d'immigrants venant de tout le croissant islamique suivi d'une multitudes de familles, chameaux et bagages (ainsi que des chrétiens d'Afrique qui le sont restés), remontent le Rhône.
Puis l'armada suit la Saône et finira par atteindre Sens, leur but est de s'installer définitivement car l'Espagne est déjà surchargée.
Chacun des corps de cette armée marchait sous la bannière propre à sa tribu,
contingents d'Arabie, des deux Mauritanies et pays berbères.
Ils n'exterminent pas les populations en masse (comme l'armée franque de Charles Martel qui les repoussera) mais exécutent les moines et les saints qui prêchaient de toute leur foi contre eux et refusaient que le Coran ne remplace désormais l'Évangile.
La reine burgonde Brunehilde avait récemment réhabilité les voies romaines et l'incursion par la cavalerie sarrasine fut donc rapide (la Bourgogne n'ayant de plus aucune armée à leur opposer).
Lors de l'invasion de la péninsule ibérique, l'armée arabe interdit de brûler les fermes, détruire les récoltes ou causer du tord aux campagnes.
Au cours de l'invasion de la ''Burgundie'', les choses diffèrent car des tribus berbères opportunistes (pas toutes converties), venant d'au delà du Grand Atlas rapinent et détruisent les lieux de richesse chrétienne en précédant l'armée.
Des églises et monastères sont pillés, saccagés et livrés aux flammes, les religieux se dispersent et abandonnent l'habit, beaucoup de femmes et enfants sont emmenés en esclavage car les musulmans proscrivent le meurtre des innocents.
Les ecclésiastiques en fuite parlent de ''hordes de cavaliers au teint noir, olivâtre ou cuivré, aux armes étranges, aux costumes bizarres, laissant derrière elles de longues traînées de sang et de fumée des incendies''
Les villes situées sur les rives de la Saône se rendent et donnent leurs vases sacrés et autres joyaux d'église car elles sont épargnées si elles ouvrent leurs portes mais celles qui sont fortifiées tentent la résistance et se condamnent donc à la guerre.
L'armée d'Abd-el-Rahman ne permet pas l'insoumission et le prophète Mahomet prescrit à cette époque de se servir du sabre pour imposer la loi du Coran.
En 725 Beaune ne tient pas puis c'est le tour d'Autun, Dijon et Châlon-sur-Saône,
le drapeau musulman flotte désormais sur la plus grande partie de la Burgundie.
En 732, c'est devant Sens, armée et dirigée par son évêque, que sera finalement stoppé l'avancée sarrasine.
En 733 Charles Martel pour le compte des francs traverse la province et crée le vrai choc entre ces deux armées presque antagonistes.
Les enfants du prophète (ainsi que l'ancien pouvoir mérovingien) font leur retraite par la vallée de la Saône (comme ils étaient venus).
Pourtant, au voisinage de Salins, il existe cinq lieux faisant encore explicitement référence aux sarrasins :
•Le ruisseau ''La Sarrasine'', affluent de la Furieuse en amont de Salins,
qui coule au pied de ce village de Sarcenne (saraceni = sarrasins en patois)
disparu lors de l'effondrement de la falaise qui le dominait,
(en ensevelissant ses 250 habitants dans la nuit du 21 janvier 1649).
Peut-être que ces villageois n'étaient effectivement pas originaires d'ici pour
fonder une communauté dans un endroit qui présentait un tel danger...
•Le Château-Sarrasin sur la plaine d'Amancey.
•La grotte sarrasine, la source et le Bief-Sarrasin qui en sortent à
Nans-sous-Sainte-Anne.
•Au 19ième, le professeur Bourgon prête aux habitants de Saraz une:
''physionomie particulière, presque asiatique'',
(les villages voisins pourront confirmer avec plaisir...),
serait-ce une communauté fondée par des débris de l'armée sarrasine,
vaincus et tolérés contre une conversion au christianisme?
Est-ce à Coulans qu'ils ont dû s'incliner devant l'eau du baptistère,
pour enfin sortir de leur grotte et fonder leur village?
Ainsi les Moreau, Morel, Mourel, Mourot, Morin, Morand seraient tous
des descendants des Maures.
Geraise ne serait qu'une colonie d'Algésira, Montmahoux pour le culte de Mahomet et à Coulans, on a la grange Simorin de Sidi Morin...
Il est un adage que le prêtre disait à la sage femme récupérant le nouveau né après son baptême : «Vous me l'avez apporté sarrasin, je vous le rend chrétien.»
En réalité, toutes ces dénominations débutent en 1098, au temps de la première croisade.
Pour comprendre, il faut se plonger dans l'imaginaire populaire du moyen-âge
où tout se qui ne ressemble pas aux mœurs chrétiens est mis dans le même sac.
Ce qui est vestige très ancien, anormal, lieu païen, infidèle, barbare, vandale, bref, tout ce qui nous est étranger et n'est pas chrétien est appelé globalement ''sarrasin''.
Ce fut même une insulte qu'on distribuait jadis de village à village, ainsi furent appelés méchamment jusqu'au 19ième les gens de Saraz.
Le mot sera progressivement remplacé par ''turc'' aux croisades suivantes.
En réalité, les incursions sarrasines ne se sont pas très éloignées des berges de la Saône.
En Espagne, grâce à l'apport musulman, ce pays connaîtra ses siècles de gloire,
de culture et de liberté.
Mais ici, le départ de cette religion nous soudera à notre ignorance.
On les nommera ''mahométans'' pendant des siècles, car on les pensait idolâtres,
comme antérieurs à l'aire chrétienne...
Notre peur et nos idées fausses concernant l'Islam ne datent décidément pas d'hier !

Croix de Coulans d'un côté, femmes et enfants de l'autre...

Copyright © 2022 Grand Gite Jura - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public